Il y a ceux qui partent…

c17d42311a4020fe6dc7c11596d0207eBon ça y est, je me lance..attention, le post du jour ne parlera ni de mode, ni de shopping mais plutôt de voyages et de comment on en ressort… parce que oui, le voyage change les gens et leur vision sur le monde.

C’est en lisant le dernier article de Missmoute que j’ai eu envie de parler de mon expérience mais aussi de l’intérêt porté par Laurène concernant mon retour difficile en France ;-).

Si aujourd’hui je décide de vous parler de ça, c’est parce que depuis mon retour, j’ai le cœur lourd…très lourd. Ce retour était prévu, appréhendé mais pas encore vécu… et pour le coup, je morfle…

Je ne sais pas encore où mènera cet article mais j’espère être le plus sincère possible…

Pourquoi choisit-on de partir? Alors, il faut savoir qu’il y a 2 sortes de gens: ceux qui arrivent à quitter leur routine et ceux qui préfèrent rester car cette vie leur convient. Les 2 cas sont légitimes puisque (normalement!) ils répondent aux envies de chacun.

On fait parti de la première catégorie. J’ai de la chance d’avoir un homme qui a un super job qui lui permet de bouger et du coup, on n’hésite pas à sauter sur les occasions! La dernière en date: Montréal, le Canada! Un autre continent, si loin de tout et finalement si proche (seulement 6h de vol de Paris!).

Le choix n’a pas été facile mais comme je dis souvent « plus les choix sont difficiles à faire, plus les conséquences sont merveilleuses! ». Dans cette aventure, ce fût le cas…

Les séparations, les départs et le changement font peur mais finalement l’être humain est capable de s’adapter à bien des situations! Celle là en fait partie! On connaissait un peu tout ça puisqu’avant, on a vécu à Munich puis retour en France pour repartir en Italie. Encore une pause en France pour repartir au Canada.

C’était dans l’air (le Canada) quand on était en Italie, mais c’est vite tombé à l’eau. Alors on a fait notre vie ici (dans le sud de la France). Puis « comme ça change très vite » (phrase préférée de l’homme), la chance à tourner! On parlait de nouveau du Canada. Mais là il fallait faire vite.. car évidemment, la nouvelle allait se diffuser et les postulants augmentés! Je n’ai pas vraiment hésité quand l’homme m’a demandé ce que j’en pensais! Faut dire qu’ il sait y faire: à chaque fois il me dit que c’est pour une courte durée…ce qui aide vachement pour la séparation, toussa toussa!

Alors tous ces choix pris sur un coup de tête, je n’y crois pas! Nos choix suivent généralement nos envies et si on arrive à partir et se détacher de tout le matériel ici (parce qu’il faut quand même préciser qu’on part seulement avec des valises de fringues) c’est qu’on fond de nous, on sait (ou pas encore) que de ce choix découlera notre épanouissement personnel!

Peut-être qu’on a un tempérament « à aimer » voyager mais pour le coup, il s’agit plus de nouvelle vie à l’étranger que de vacances! Alors ton petit cerveau, il réfléchit pas de la même façon! Par contre, ton expérience est sérieusement différente: tu pars explorer le pays comme tu partirais explorer ta France. Et ça j’aime…

Ce qui est drôle c’est qu’après notre retour d’Italie, je serai bien rester à Milan… puis maintenant à Montréal. Alors j’espère vraiment qu’on aura d’autres opportunités (l’Afrique du Sud me tenterai bien!!!). Est-ce que finalement ces quelques mois suffisent à satisfaire ma découverte et que j’attends de nouvelles opportunités pour repartir? Sûrement^^

Il y a aussi les gens qu’on rencontre et qui nous apporte tellement! Ces gens qui vous ouvre de nouveaux horizons…

Bien sûr, il y a ces expériences d’expatriation mais il y a aussi les voyages que l’on fait. Nous n’avons pas tant voyagé que ça (je parle de VRAIES vacances!) et les dernières datent de la Grèce. Une partie de mon cœur est restée là-bas aussi…

Je me pose souvent la question à savoir si c’est moi qui n’en fait pas trop (d’un point de vue attachement au pays et à ma nouvelle vie) …mais non, je crois réellement que tous ces nouveaux horizons explorés nous remplissent de bonheur, de souvenirs, d’expériences inoubliables avec de fabuleuses rencontres et pour ça, j’aimerai ne jamais m’arrêter de voyager.

Alors ce retour est vraiment dur car je l’aimais cette Ville! Mais je me demande aussi si cette « pause » ne nous permettra pas de nous ressourcer pour mieux repartir?

Seul l’avenir nous le dira…

Alors, les filles (et garçons) que je suis et qui vivent encore sur Montréal, merci de partager vos photos, encore et encore… et pour ceux qui sont ailleurs (je pense à Schuldi et son voyage en Asie), j’aime vous lire et découvrir vos photos! Mes rêves se nourrissent de tout ça et j’espère repartir bientôt…même si avec un enfant scolarisé ce sera plus compliqué…

…mais pas impossible!!!

J’aimerai vraiment avoir vos retours concernant vos nouvelles vies à l’étranger!! Suis-je la seule à le vivre aussi intensément? Vos choix répondent-ils à vos envies?

 montréal

 

crédit photo

0

5 Comments

  • Coucou !!
    Je suis tellement d’accord avec toi !
    Cette ville me manque, surtout que dans mon cas, c’est mon homme qui rentre pour s’installer en France.
    Plus de retour possible pour le moment !!

    Il faut que l’on se voit ! si tu passes par Nantes Apelle-moi ma belle !!!

    <3

    • Natacha dit :

      Coucou miss! Arf, je pensais m’incruster chez toi quand tu retournerais au Canada :p Bon si je passe par Nantes, je te ferai signe, sois-en sûre 😉
      Bisous copine de Montréal! <3

  • Très émouvante confession … C’est vrai que cela ne doit pas être facile d’apprendre à aimer une ville pour la quitter quand on y est parvenu ! En ce qui me concerne ( à part pour des vacances, bien sûr ! ) je sais que cela me serait impossible de vivre de cette manière, même si elle est sans aucun doute très enrichissante !

  • Ce qui fait certainement le charme de toutes vos expériences à l’étranger, c’est que vous savez que ça ne va pas durer, donc vous en profitez certainement à fond.
    Après avoir passé une année (forcément merveilleuse) à Montréal, puis un retour (forcément difficile) en France, je suis de nouveau à Montréal depuis septembre… mais sans date de retour cette fois-ci ! Et je dois avouer que j’en profite pas mal moins cette année qu’il y a deux ans… parce que je me dis que j’ai le temps !
    Merci d’avoir partagé ton expérience en tout cas et bon courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *