3 astuces de management que le football m’a appris

fitness-femme

Je suis fou de football. Grâce à lui, j’ai appris des choses sur les cultures, la géographie et bien d’autres choses comme la gestion. Un club de football ressemble beaucoup à une entreprise, où il y a des propriétaires, des supporters, des clients, des membres de l’équipe, des entraîneurs et du personnel qui travaillent dans une infrastructure conçue pour eux. Ils gagnent, ils perdent, ils voyagent, ils participent à des compétitions, ils réfléchissent et parlent aux médias. Vous voyez les similitudes ?

Ce sont les choses que le top management m’a apprises :

1 – La responsabilité est essentielle

Lorsque Gerardo Martino, manager du FC Barcelone, a démissionné, il a déclaré qu’il était incapable de gagner quoi que ce soit avec une équipe de superstars, et que c’était inacceptable pour une institution aussi respectée qui a des normes aussi élevées. Il est sorti avec grâce, admettant ses défauts et ses problèmes.

Pep Guardiola a également quitté le FC Barcelone il y a environ un an, en disant qu’après avoir tout gagné, il ne pouvait pas trouver plus de stimulants pour ses joueurs. Il n’arrivait pas à les motiver.

Le football regorge d’histoires de ce genre, et elles se terminent généralement par un manager qui est respecté, apprécié et qui laisse toujours une bonne impression. Cependant, le football est aussi plein de gens comme Richard Páez au Venezuela, José Pekerman en Argentine, Arsene Wenger en Angleterre. Ce sont ces types qui ne prendront pas leurs responsabilités au-delà des mots creux de la conférence de presse, et qui diront qu’ils sont désolés et qu’ils sont responsables des problèmes, mais qui auront en fait l’impression que c’est la faute de quelqu’un d’autre. Comme la fédération locale de football, les joueurs, les propriétaires d’équipes, etc. C’est plus fréquent dans les ligues de bas niveau, où seules des équipes médiocres et des dirigeants médiocres travaillent.

Le même principe s’applique au monde de l’entreprise. Vous pouvez perdre votre emploi si vous assumez la responsabilité d’une erreur, mais vous ne perdrez jamais votre sens moral et le respect des autres. Vous ne pouvez pas porter cela à la banque, c’est vrai, mais je préfère de loin être une personne éthique qu’un riche tricheur.

2 – Être un patron dur n’est pas toujours une mauvaise chose

Regardez José Mourinho, un grincheux que les médias n’aiment pas, que les joueurs tolèrent à peine et que les propriétaires d’équipes convoitent comme de l’or. C’est un vainqueur qui utilise des méthodes non conventionnelles pour entraîner ses équipes, approcher les médias, parler des autres équipes et jouer des matches cruciaux.

Il n’a jamais été joueur professionnel, mais il a remporté les trophées des clubs les plus prestigieux du football européen avec de nombreuses équipes au Portugal, en Angleterre, en Italie et en Espagne (les ligues les plus difficiles au monde) et dans des circonstances difficiles. On l’appelle “The One”, même s’il est aujourd’hui le manager le plus polarisant du monde.

Il claque les journalistes qui ne l’approuvent pas, il rejette publiquement les opinions de ses propres joueurs, il affronte les propriétaires (ses patrons) et insulte les fan clubs qui ne le soutiennent pas. Il est méchant, ne sourit jamais et pourtant, c’est un gagnant. Le genre de gagnant que la plupart des gens veulent dans leur équipe pour le plaisir de gagner.

J’avais un patron comme ça avant. Un type qui était dur, grossier et qui a eu quelques plaintes déposées auprès des RH pour manque d’éthique, de professionnalisme et d’étiquette. Cependant, il a toujours pris de l’ampleur dans l’organisation (un grand fabricant de logiciels) et a réussi dans le monde des ventes. Comment ? Eh bien, on peut dire que l’intimidation et les défis étaient ses choses, mais il avait aussi un magnétisme personnel autour de lui qui attirait un type particulier de personnes. Tels étaient les scénarios dans lesquels il s’est épanoui. Tout comme José Mourinho.

3 – Le bien ne suffit pas. Il faut avoir de la chance

Oui, je sais. Ce n’est pas vraiment un conseil, mais une réflexion. Et je crois que la chance joue un petit rôle, mais parfois important, dans la vie. Lorsque la Juventus FC a remporté un match à domicile pour la Ligue des champions cette année, cela m’a semblé être un bon résultat. Galatasaray (un club turc) n’obtiendrait probablement pas de résultat au match retour, ce qui enverrait le club italien au prochain tour. Cependant, le temps hivernal avec de la neige et des vents violents a pris tout le monde par surprise, affectant la capacité de jeu des deux équipes. Le match a été suspendu et les 25 dernières minutes jouées à une date ultérieure, ce qui a causé un gros problème à la Juventus et à son calendrier. Les joueurs fatigués n’ont pas pu obtenir le résultat qu’ils voulaient et ont fini par être disqualifiés.

Du temps qu’il fait, aux dessins de groupe, aux blessures et aux situations familiales, il y a beaucoup de choses dans une équipe de football qui influent sur le résultat du côté de la chance. Même les meilleures équipes ont besoin de la chance de leur côté pour être championnes.

Laisser un commentaire